Savourer




Petit essai acoustique









Et puis il le faut
Le moment est venu de nos absolutions
Exsangues, dessangler nos vérités abusives
Se dissoudre, c’est bien possible, dans l’énergie d’un autre
Dégrafer un moment nos savoirs
Le chef de l’orchestre silencieux a le crâne rasé
Sous la peau de sa mission, ses yeux brûlent
Il lance un signe qui fend l’air
La fête s’arrache à la dévoration de sa passion mesurée
Musique
Musique
Point suprême du pardon
La force pure administrée au plus limpide de notre cause
Celle perdue pour tous
Damnée route dont l’asphalte fondu rejaillit sur nous en flots continus
Lavant les plaies de notre abrutissement


Musique
Musique
Point de suspension de notre suintement
L’enlèvement s’opère
La densité du geste fait tressaillir les agonies où qu’elles soient
Musique
Musique
Tout à coup je me souviens
A travers son œil implacable
L’orchestre fraye sa route vers la première pulsation
L’archer ouvre le ban
Assis de dos, encore dans l’ombre
Il le sait, nous nous débattons pour lui
Je vois que l’air respire.




Août 2010